French French

Depuis longtemps, nous considérons être le fruit de nos gênes et de notre héritage génétique. Sommes-nous aussi prédéterminés génétiquement dans la survenue de maladies effrayantes, dans le développement de notre personnalité ou encore dans l’apparition de troubles mentaux?

En 2010, un jeune professeur de Harward, Sébastian Seung a remis en question cette approche. « Nous sommes probablement plus que nos gênes » affirme-t-il.

Depuis le 19e siècle, les neurosciences émettent l’hypothèse que nos souvenirs, les informations qui forgent notre personnalité, seraient stockés dans les connexions entre les neurones de notre cerveau. Les vésicules des neurones contiennent une molécule qu’on appelle un neurotransmetteur dont

7 jeunes sur 10, âgés de 15 à 17 ans, écoutent plus d’une heure par jour la musique sur leur smartphone.

50% déclare s’endormir avec leurs oreillettes, de temps en temps ou tous les soirs. Le smartphone est aujourd’hui au cœur de conflits entre parents et adolescents.

Doit-on s’inquiéter de l’attachement de nos adolescents à leur smartphone ?

Selon le Docteur Caroline Delimy, médecin psychiatre spécialiste de la transition enfants/adultes au sein de l’hôpital « Le Vinatier » à Lyon, il est nécessaire de rester vigilant au mode de consommation de musique en mode « ermite ».

 En effet, l’adolescence correspond à une période particulière du passage de l’enfance à l’adulte

Continuum art

CONTINUUM ART