French French

Télétravail, travail en espaces-partagés, travail en commerce, en espaces-verts, dans les garages, en « nomade »… Quel est le dénominateur commun? Pouvoir suivre le flotdes échanges sans fatiguer. Les oreilles sont au cœur de ces défis.Dans l’équation, le bruit représente un grain de sable qui opère dans tous les secteurs d’activité ; bafouant les besoins physiologiques de l’oreille. Sans le vouloir, sans le savoir, le bruit est source de destruction de valeur ajoutée liée au capital humain. Il est urgent de sortir de l’ignorance afin de rendre pleinement opérant les programmes de santé et de qualité de vie au travail. Il s’agit peut-être d’une clé pour opérer des choix d’implantation des espaces de travail ou de modes de travail

Dans notre société de communication, les oreilles sont constamment sollicitées. Elles sont un outil fondamental de lien et de traitement des informations quelle que soit la situation de travail. Elles participent à donner à l’être humain au travail la capacité d’agir et d’interagir. Il est nécessaire au quotidien de leur donner la capacité de suivre le rythme dans la durée. Pourquoi ? Comment ?

Donner la capacité aux oreilles de gérer les situations dites compétitives de Bruit

Pour être décodées par le cerveau, les informations doivent d’abord lui parvenir. Et c’est là le rôle des mécanismes universels de l’oreille. Plus les stimuli sont aisément décodables et plus leur traitement est rapide. Mais l’omniprésence du bruit génère un

Il y a un Avant le confinement avec les open-spaces bruyants, fortement décriés. Il y a un Après, après l’expérience du télétravail pour un grand nombre. Est-ce que la formule magique résiderait dans une généralisation du travail à distance pour régler le problème du bruit et de ses impacts santé ? Avis des experts de l’association JNA.

 

Avant. 7 collaborateurs sur 10 (*) déclaraient des difficultés de compréhension de la parole pendant leur temps de travail. Ils indiquaient alors des répercussions sur leurs capacités de concentration, sur leur état de fatigue et de lassitude, sur leur nervosité.

#EtAprès. Avec l’expérience du télétravail, certes le niveau ambiant général de bruit s’avère moins élevé mais l’oreille

Alors que 8 actifs au travail sur 10 déclaraient des difficultés de compréhension de la parole en raison du bruit et des expositions sonores au travail, le « brouhaha » environnant s’est estompé avec le confinement. Mais le confinement révèle le besoin d’oreilles vives pour comprendre la parole en mode « télétravail ».

Le quotidien de certains actifs s’est transformé en réunions téléphoniques ou en visioconférences successives. Les oreilles sont alors sollicitées et de la capacité à bien entendre dépend de l’état de fatigue lié à ces pratiques de communication nécessairement plus présentes. Ces pratiques quotidiennes vont mettre les oreilles en situation dite compétitive. Le niveau et la longévité de la compréhension dépendront de la dose

Campagne Sante Auditive au Travail 2020

bannière web pour webzine